Série par Olivier Faÿ

Démarche artistique

La lumière est essentielle : elle illumine notre vie, tisse un lien invisible et magique entre nous et notre espace intime. Sans distinction aucune, elle met en exergue ce que nous sommes.

Les personnes photographiées dans cette série irradient comme autant de pierres précieuses dans des écrins feutrés, elles nous révèlent leurs univers intérieurs.

Ces portraits réalisés en pose longue immortalisent quelques scènes de la vie quotidienne rendues à la fois réelles et virtuelles par le simple effet photographique du net et du flou.

Le menuisier - 316 secondes

Approche technique

Inspiré par la technique photographique appelée tilt-shift, j’ai commencé, il y a un an, cette série de portraits en utilisant le light painting. Le tilt-shift permet de créer un effet de miniaturisation qui se caractérise par un détachement du sujet principal par rapport à son environnement. Ce détachement s’obtient en rendant net le sujet principal et flou l’espace dans lequel il s’inscrit. Ce type d’effet de miniaturisation nécessite du recul et s’applique généralement à des cadres larges.

Créer en light painting des espaces nets et des espaces flous est relativement facile en jouant avec la bague de mise au point de l’objectif durant la prise de vue. J’ai donc eu l’idée d’utiliser cette méthode pour réaliser des portraits. Au départ, je pensais simplement photographier une ou plusieurs personnes mises en scène, mais très vite mon projet s’est orienté naturellement sur la prise de vue d’artisans ou d’artistes dans leur espace de travail.

Je n’ai pas obtenu un effet de miniaturisation car mes modèles sont trop proches de l’objectif, mais plutôt un flottement du modèle par rapport à son environnement.

Protocole

Dans un premier temps, à l’aide d’une petite torche électrique à incandescence, j’éclaire en net le modèle et les objets souhaités. Dans un deuxième temps, j’éclaire en flou l’environnement soit avec la même lampe, soit avec une plus puissante ; tout dépend de son étendue.

J’utilise un boîtier Nikon D800 avec des objectifs de préférence manuels, tels que le Nikon 24mm AIS, le Nikon 50mm AIS ou le Samyang 14mm. Ces objectifs manuels permettent de changer de diaphragme durant la prise de vue.

Je shoote en Raw + Jpeg et n’apporte aucune modification ou alors très légère sur le fichier Jpeg. Cela peut paraître surprenant, mais je n’ai encore jamais optimisé un fichier Raw, parce que longtemps j’ai fait du light painting en utilisant des pellicules diapositives. Et celles-ci n’acceptent pas les écarts de lumière, ce qui oblige à être très vigilant à la prise de vue en ce qui concerne l’équilibre des lumières.

Making-of

Le pompier - 326 secondes

J’ai photographié Christophe, sapeur pompier professionnel, dans la salle des turbines d’une ancienne station de pompage d’eau potable.

Titre

Christophe, sapeur pompier professionnel

Données EXIF

Iso100 – f/22 et f/5.6 – 326s – 3500K

Matériel

Nikon D800 – Samyang 14mm

Équipe

Christophe le modèle, Christine l’assistante et moi

Outils lumineux

  • Petite maglite à incandescence ;
  • Grande maglite à incandescence ;
  • Fibres otiques blanches ;
  • Lampe torche avec gélatine bleue ;
  • LED simple bleue ;
  • torche pour le feu de 50cm de long.

Étapes

  1. Christophe, à gauche, garde la pose pendant toute la durée de l’exposition. Christine, positionnée à côté du trépied, est prête à masquer et à découvrir l’objectif de l’appareil photo à mon signal.
  2. Déclenchement à f/22 – mise au point sur le pompier – l’objectif est masqué – j’allume la torche et me positionne. Je donne le signal à Christine de découvrir l’objectif. Je crée l’anneau de feu et donne le signal pour masquer l’objectif.
  3. f/22 – je crée les volutes bleues avec les fibres optiques et l’étoile bleue avec la simple LED.
  4. f/22 – J’éclaire le pompier, le tuyau rouge et la turbine avec la petite maglite.
  5. f/5.6 – mise au point au minimum – j’éclaire la salle des turbines avec la grande maglite
  6. Fin

ozio_gallery_jgallery